• sculpture 01 patrice cadiou
  • sculpture 02 patrice cadiou
  • sculpture 03 patrice cadiou
  • sculpture 04 patrice cadiou
  • sculpture 05 patrice cadiou
  • sculpture 06 patrice cadiou

Patrice Cadiou

Patrice Cadiou est né à Paris en 1947 et décédé le 25 janvier 2015. La cérémonie funéraire a eu lieu le 31 janvier 2015 au crématorium du Père-Lachaise.
Après une carrière de danseur classique, il se consacre à la sculpture.
La vie, les rencontres et l'amitié l'amènent à s'installer dans diverses régions de France : des Landes à Auberive, en passant par Fécamp et Aubervilliers, sans oublier un détour par Cadaquès en Espagne.


" . . . mes mains m'appellent, . . .
. . . me tirent vers l'atelier . . . "


… « Cadiou, rêveur d’un jour.
Cadiou témoigne d’un monde que nous soupçonnons à peine, de l’existence d’un univers où Dieu et le Diable n’ont pas de nom. Ses sculptures sont comme les superstructures d’un gigantesque moteur dont le magnétisme obéirait à une énergie incontrôlable ou bien les circuits cérébraux d’un ordinateur mettant en circulation des données magiques. Mais il me semble qu’à partir de leur noir démoniaque, cesse aussi l’antimatière et peut commencer la règle de la lumière. Cadiou est un explorateur qui cerne le vrai territoire de l’homme »…

André Parinaud
In Galerie des Arts N° 208 « Les conquêtes de la sculpture » 1980 p.32


… « Habitées mais silencieuses, ces sculptures ont une âme. Hiératiques, elles s’imposent à nous par leur extraordinaire force. »…

In Tendances contemporaines. VII Biennale de Villeneuve-sur-Lot 1976


… « Voici donc des objets à la particularité extrême, loin du concret, loin de toute vraisemblance, ces sculptures aux allures de hautes fuseaux, malgré leur apparente fragilité saisissent de pleins fouets. »…

Patrick-Gilles Persin.
In Cimaise "Spécial sculpture" Confrontations 91 Numéro 215


… « Du clocher tout proche, descendent des notes auxquelles personne ne prête attention, derniers vestiges d'un lieu autrefois habité, maintenant déserté, désacralisé. Quelques maisons plus bas, d'un amoncellement de courroies, de selles, de bois et de fer nait la Merveille. Le sacré a repris ses droits, a repris forme sous les mains fiévreuses d'un apprenti sorcier »…

Claude Roffat (mai 2012).
Catalogue de l'exposition "Nuits talismatique". Galerie "Les Yeux Fertiles".

Voir les expositions >>